Wifi Lans en Vercors – Réponse à l’article « Lans en Vercors – Le collectif anti-antenne-relais organise une réunion publique ce soir »

Grenoble, le 22 janvier 2016

Réponse à l’article « Lans en Vercors - Le collectif anti-antenne-relais organise une réunion publique ce soir » dans l’édition du Dauphiné Libéré du 21 janvier.

Jean-Pierre BARBIER (député de l'Isère) souhaite réagir. « J’ai effectivement reçu ce courrier avec la pétition. Mais il y a quelques jours seulement. Il faut quand même laisser un minimum de temps avant de me mettre en cause par voie de presse ! Ce sujet est trop important pour être le jeu de manœuvres partisanes. Chantal Carlioz, Vice-présidente et élue du Vercors, ainsi que Damien Michallet, Vice-président délégué à l’aménagement numérique, sont tout à fait disponibles afin de faire le point sur ce dossier, et se rendront sur place pour échanger sur ce sujet. Mais je tiens à rappeler que les associations environnementales dont le CRIIREM ont été invitées à venir prendre des mesures à l’occasion de chaque implantation de pylône précédente, et qu’aucune n’a donné suite.

Enfin, je tiens également à dénoncer une autre contre-vérité : le Département ne négocie aucune implantation de pylône en secret, ni sur terrain public, ni sur terrain privé. Soyons sérieux. Ce ne sont pas nos méthodes. La théorie du complot a ses limites ! Je suis d’autant plus surpris par cette attaque que le contenu du courrier me paraissait constructif et ouvert au dialogue. » Rappel de quelques éléments

- Le Département a engagé la réalisation de la desserte du territoire par un réseau en fibre optique à très haut débit. Tous les territoires ne pouvant être desservis simultanément, un phasage des travaux et donc des mises en service est en cours de définition en concertation avec les intercommunalités, parties prenantes du projet.

- Conscient de l’importance fondamentale du très haut débit pour les territoires de l’Isère rurale, le Département souhaite accélérer le déploiement du réseau en fibre optique. La négociation en cours pour l'attribution d'une délégation de service public vise notamment à obtenir des entreprises candidates le calendrier de réalisation le plus favorable. Les résultats de ces négociations seront connus au printemps 2016.

- Dans l'attente de la fibre, le Département a proposé aux collectivités d'améliorer le service internet existant grâce à une couverture en wifi.

- Le rayonnement des matériels mis en place par le Département est très largement inférieur aux seuils prescrits par les autorités de tutelle (61 V/m) pour les personnes évoluant au niveau du sol, et bien inférieur même au seuil de précaution demandé par les associations telles que la CRIIREM ou Robin des Toits qui est de 0,6 V/m. Ainsi une étude menée récemment par un laboratoire agréé et certifié, à proximité immédiate et en visibilité de l’émetteur, montre un champ électrique mesuré, toutes sources confondues, de 0,16 V/m en période de pointe (mesure à la fenêtre d’un bâtiment public, fenêtre ouverte).

- De plus, ces ondes étant arrêtées par les murs, il n’y a donc pas de rayonnement wifi à l’intérieur des bâtiments (sauf si les habitants décident de mettre du wifi domestique à partir de leur Box). Pour les usagers, une antenne est installée à l’extérieur de la maison et la desserte interne est assurée par un câble.

- Tous ces éléments peuvent être vérifiés sur les sites en fonctionnement, le Département est prêt à effectuer ou à participer sur le terrain à toute mesure objective du rayonnement en concertation avec tous les acteurs qui le voudront bien.

- Le wifi est simplement une solution d'attente, souvent préférable à une absence de service internet correcte. Le Département considère de sa responsabilité de la proposer aux collectivités et acteurs locaux, ceux-ci restant libres de l'accepter ou pas, sur tout ou partie de leur territoire, après avoir examiné cette solution de façon dépassionnée et non partisane.